Comment réussir à se mettre moins de pression sur une prise de parole ?

Home / Non classé / Comment réussir à se mettre moins de pression sur une prise de parole ?

Peut-être que tu t’es déjà demandé :

« Comment réussir à me mettre moins de pression au sur une prise de parole ? Comment arriver à être plus relaché ? »

Car oui, la plupart des personnes se mettent une pression dingue avec de prendre la parole en face à face ou face à un public.

Et lors de mes dernières coachings/ formations, j’ai reçu une question très intéressante qui me demandait :

“Comment se libérer de l’importance des messages que nous devons faire passer parfois ?”

Je pourrais en parler 2 heures…

… Néanmoins, il y a des 4 points  dans cet article qui vont beaucoup t’aider si toi aussi, il t’arrive de te mettre trop de pression lorsque tu communiques

 

1) Lâcher prise sur le résultat

Que cette présentation, cette communication soit importante pour toi, c’est normal.^Et tant mieux d’ailleurs car c’est ça qui va te permettre de donner le meilleur de toi-même.

Cela devient un problème non pas lorsque tu donnes trop d’importance à ta communication, mais surtout lorsque tu donnes trop d’importance au résultat.(Je ne suis pas en train de dire que le résultat n’a aucune importance et que tu ne devrais pas avoir envie de convaincre, d’être écouté, d’être intéressant…) ; je dis juste que la pression de l’enjeu tue le plaisir de communiquer.

Mais l’enjeu, c’est souvent toi qui en décide,parfois tu es trop attaché au fait de convaincre ou non. C’est d’ailleurs le seul objectif de beaucoup de personnes quand elles prennent la parole.

Mais forcément plus tu mets de l’attention sur le fait  de convaincre ou non, d’être entendu ou non, que mon idée soit retenue ou non…, plus cela crée du stress et de la tension.

Pourquoi ?

Tout simplement parce que tu as choisi un objectif qui ne dépend pas que de toi.

Ecouter, convaincre est lié aussi à ce que vit ton interlocuteur à ce moment là. Et ton cerveau sait que lorsque ton seul but est d’être écouté, ne pas perdre pied… », il y a des éléments extérieurs qui entrent en jeu. Cela engendre alors de la peur et une partie de toi se sent impuissante.

Si tu veux te sentir serein lors d’une prise de parole, tu dois absolument avoir un objectif dans lequel il n’y a que toi qui détermine son atteinte ou non. Cela peut-être de rester stable lorsque tu parles et d’ancrer tes pieds largeur de bassin…De regarder chaque personne dans les yeux lorsque tu prends la parole dans une réunion, De redresser tes épaules…

Ce que tu veux, le l’objectif étant que tu sois seul responsable de l’atteinte de ton objectif.

C’est la première étape

 

Passons à la deuxième étape

 

2) Apprendre à « Aimer » ne pas être parfait 

Souvent la plupart des personnes sont dépités à l’issue d’une présentation moyenne, voir mauvaise.

Chance ou mal chance ?

Chance car cela fait un  point communs avec tous les leaders, les champions : ils détestent perdre

 Malchance car c’est la différence entre les autres et les leaders :

Le leader cherche à apprendre de sa défaite.

Alors que les autres se critiquent et se répètent qu’ils ne sont pas au niveau, qu’ils sont nuls, qu’ils feraient mieux d’arrêter, qu’ils ne valent rien, Qu’il devrait ne pas faire cette communication…

 

Un discours que l’on retrouve souvent…..

Or, tirer les leçons de ce qui s’est passé auparavant est nécessaire : pour grandir, mais surtout pour évoluer.

 

La différence d’ailleurs se trouve essentiellement dans les questions que les leaders se posent à l’issue de la présentation

Car les questions que tu te poses inconsciemment déterminent toutes tes pensées.

Les leaders se demandent à la fin de chaque communication:

Qu’est-ce que j’ai fait de bien ? Où est-ce que je peux encore progresser ?

Ils utilisent des questions ouvertes pour aller chercher l’information pour progresser

 Alors que les autres se demandent :

« Pourquoi est-ce que ai-je été mauvais ? Pourquoi je n’ai pas réussi à convaincre ?

Les autres utilisent des questions en pourquoi qui amènent des réponses en parce que, qui sont de l’ordre des croyances. Ton cerveau va donc enclancher son S.A.R qui va alors sélectionner tout ce que tu ne fais pas bien pour trouver une explication à cela. Les réponses fusent. Elles sont du type : « parce que je suis nul, parce que je ne vaux rien… ».

 

Je tiens vraiment que tu comprennes à quel point ton esprit et ta vie sont guidés par les questions que tu te poses.

Si tu changes les questions que tu te poses, alors tu changes la réponse et donc les perspectives dont tu vois les choses et cela à un impact immédiat sur tes états émotionnels. Car ce sont bien tes pensées qui déterminent tes émotions.

 

3) Comprendre la chance et remercier pour prendre la parole : la gratitude

Oui, je vous entends déjà, c’est pas super populaire. J’ai souvent chez les clients que je coache individuellement, ce type de réaction. Quand je leur demande d’exprimer davantage leur gratitute sur leurs prises de parole : « je ne vois pas le lien avec le fait d’être impactant, d’avoir plus confiance, d’attirer l’attention, de captiver l’auditoire ». Ca me fait rire car je pensais la même chose à l’époque

Seulement, je sais aujourd’hui, à quel point cela change totalement la vision. Je leur dis alors : soit un bon sceptique. Tu ne peux dire que cela ne fonctionne pas que si tu as vraiment essayé. Je leur demande alors de le mettre en application pendant 4 semaines et nous faisons un bilan à la suite de ces 4 semaines.

Le plus drôle, c’est qu’il continue après 4 semaines et souvent c’est qu’au bout de 2 mois de coaching de prise de parole, qu’ils me disent « Violaine, une des choses qui a fait le plus de différence dans ma prise de parole, c’est cette exercice de gratitude ». C’est l’émotion la plus vibrante qui existe.

Elle ne peut co-exister avec aucune autre émotion, elle ne peut co-exister  avec la colère, le manque de confiance en soi, avec la timidité, avec la frustration.

Alors ce que je te proposes, c’est de le tester pendant 4 semaines.

Comment s’y prendre? C’est simple.

 1ère étape : tu vas te poser la question avant chaque communication,

2ème étape : le faire 5 fois de suite

C’est Ok pour toi ?

Super

Continuons avec la 4ème action à mettre en place pour tes prises de parole

 

4) Travailler sur ton estime de soi diminue la pression

La Quatrième action de cet acticle, est de comprendre que ta valeur dépend uniquement de toi. Elle ne dépend ni de ce que tu fais, ni de tes résultats.

Bon nombre de mes clients font correspondre leur valeur avec leur résultat. C’est à dire que s’ils arrivent à convaincre, ils ont une estime d’eux-mêmes haute et dans le cas contraire, ils se trouvent nuls et remettent tout en question. Nous sommes là en psychologie face à une estime de soi haute et instable. C’est ce qui déclanche une forte pression lors d’une prise de parole.

L’humain veut 2 choses, il a 2 besoin vitaux : se sentir aimé et être compétent

 Alors si j’estime que je ne mérite pas d’être aimé dès que mon auditoire n’écoute mes paroles, cela crée alors une tension énorme en moi. Je suis alors en train de m’attaquer à un de mes besoins vitaux !

 C’est vraiment important, c’est indispensable Elle n’est en aucun liée à ce que tu fais ou ce que tu as.

Malheureusement, la publicité nous fait croire le contraire, mais c’est bien et je te le répète : ta valeur dépend de ce que tu es. Et tu mérites d’être aimé pour ce que tu es

Si tu en es convaincu, alors tu pourras lâcher la pression que tu te mets lorsque tu prends la parole.

Utilise la méthode du Ho’ oponopono : aime tes défauts et prends cet engagement :

« je suis désolée de toutes ces pensées de non amour que j’ai pour moi-même, je suis désolée et cette difficulté que j’ai à m’aimer. Je demande pardon, ce qui veut dire que je demande que toutes mes pensées soient corrigées et clarifiées. Merci, je décide de m’accepter et de m’aimer juste tel que je suis.

Aller plus fort, je veux l’entendre, je tends l’oreille et j’ai confiance en toi, je veux l’entendre : je m’aime inconditionnellement, juste pour ce que je suis, même sans résultat, je m’aime.

Encore et encore. Je m’aime car je suis digne d’être aimé.

Répète jusqu’à que cette phrase face partie de toi.

Voilà, ce que j’avais envie de partager aujourd’hui, j’espère que cela t’aidera !

Dis-moi en commentaire ce que tu as utilisé à partir d’aujourd’hui parmi ces 4 actions :).

 

Avec passion,

Violaine HERRIAU

 

PS : Si tu as aimé cet article, ne le garde pas pour toi, partage-le ;).

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *