Changement et non changement vont de pair

Home / Non classé / Changement et non changement vont de pair

C’est une phrase que nous entendons régulièrement, que je propose à mes clients lors de leur phase de changement. Et je viens de la vivre dernièrement. C’est cela que j’avais envie de partager avec vous aujourd’hui dans l’objectif d’avancer sur ces changements que nous voulons initier en Janvier : oser le changement, oser prendre les décisions qui vont changer notre vie.

Pour être toujours plus efficace, s’enrichir de nouveaux outils, réfléchir à ma posture… je me forme régulièrement. Et sur 2 des dernières formations, lorsque le formateur demande, à la fin de la formation avec quoi nous repartons ; je suis incapable de dire une phrase cohérente, tout est flou, confus. Je suis en plein doute. C’est comme si je n’avais plus accès à ma tête, mon cerveau était englué, était occupé à faire autre chose. C’est comme si ce cerveau était en train de faire une mise à jour et était donc indisponible. Il fallait que j’ attende  la fin de la mise à jour.

Le changement est agréable ?

Ce n’est pas un moment très agréable à vivre, je suis en plein doute, je sais juste que je dois prendre mon train de retour. Puis les choses se calment et redeviennent normales. Je connais les théories, je les ai déjà vécues, mais là se fut plus profond, plus fort, très désagréable. C’est désagréable, mais je ne résiste pas  à ce que je ressens, je l’ accepte car au-delà de la théorie, un de mes amis (très haut niveau d’art Martiaux) m avait expliqué qu’en art martiaux, il repère ces phases de doute car elles sont signes d’un grand changement derrière.

Effectivement, c’est le cas. Ces sensations désagréables m’ont été utiles, m’ont permis d’avoir la dernière version, d’intégrer les nouvelles informations. Je l’ai vu immédiatement dès » la fin de la mise à jour ».

Donc 2 bonnes nouvelles à partager avec vous , lors d’un changement : 

  • il n’y a pas toujours de sensations désagréables
  • et si sensations désagréables il y a, elles sont bénéfiques si nous les acceptons.

Oui et ouf, ces sensations désagréables sont donc les signes avant-coureurs de grands changements. 

 

Dans ce travail que nous avons  initié ensemble : oser faire les changements pour 2018, nous allons évaluer les possibilités de non changement au même titre que les possibilités de changement. Autrement dit, nous allons faire attention à la façon dont nous pouvons mettre en échec notre propre demande.

Cette tentative de mise en échec n’est pas intentionnelle, elle n’est pas consciente, elle est inhérente au fait que même lorsqu’il est souhaité et provoqué, le changement est un processus que chaque être humain répugne habituellement à affronter, même et peut-être surtout s’il le souhaite ou en a l’initiative. Elle peut prendre de multiples formes.

Je vous invite à partager avec des exemples personnels/professionnels sur contact@violaineherriau.fr

Pour aller toujours un peu plus loin ensemble dans osons le changement, je vous propose un exercice simple et efficace

Exercice

Cette semaine, choisissez une option qui va vous aider à franchir une étape en direction d’un objectif. Et tenez -y vous.

Je vous rappelle ce que nous avons vu précédemment 110% de réussite et Théories des petits pas de Kaizen

Il y a au moins 2 bénéfices que vous en tirez c’est :

  1. De développer votre capacité à prendre des décisions et à initier des changements, au lieu d’ignorer le problème.
  2. de franchir une série d’étapes grâce à votre capacité à prendre la décision juste et à donner libre cours à la richesse de vos ressources.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *